COMMUNIQUE DE PRESSE

AZF : LE GÂCHIS

Suite à la décision du parquet de Toulouse d’interjeter appel dans le procès AZF, Daniel Dissy, ingénieur chimiste auteur de AZF-Toulouse : Quelle vérité et AZF, Enquête secrète estime courageuse la décision du Tribunal de Toulouse et bornée celle du Parquet : si appel il doit y avoir, c’est sur le refus du Tribunal d’ordonner un supplément d’enquête.

Pour Daniel Dissy la Justice doit dire le droit, pas la chimie et l’État doit permettre de faire toute la lumière sur cette affaire.

Daniel Dissy est enquêteur indépendant, ingénieur diplômé de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Toulouse. Il a écrit deux livres consacrés à l’affaire : AZF-Toulouse : Quelle vérité? et AZF, Enquête secrète parus aux Ed. des Traboules (Brignais). Pour Daniel Dissy la décision du Tribunal de Toulouse de la relaxe de Serge Biechlin et Grande Paroisse au bénéfice du doute est une décision sage et courageuse face aux errances de la thèse officielle. Les travaux de MM Guiochon, Hecquet et Mme Mauzac ont montré l’impossibilité de la piste chimique inventée par Total et entérinée par le Procureur. N’en déplaise au procureur qui fustige les scientifiques sachants « hors du périmètre judiciaire », nous ne sommes plus à l’époque de Galilée : la justice doit dire le droit, pas la chimie. Le parquet s’entête sur une voie sans issue. Si appel il doit y avoir, c’est sur le refus du Tribunal d’ordonner un supplément d’enquête. L’État doit se donner les moyens de faire toute la lumière sur cette affaire. L’incompétence et l’obstination de certains – sans parler des connivences et des entraves de l’État et de grands groupes — font qu’aujourd’hui nous ignorons encore ce qui s’est passé. Quel gâchis !

Paris, le 20 novembre 2009 – 14 h 00
Daniel Dissy
danieldissy@gmail.com
contact@danieldissy.net